tapaḥ svādhyāya iśvarapraṇidhānāni kriyāyogaḥ (1)

Le kriya yoga est fondé sur la chaleur (tapa) générée par l’obervation (adhyāya) de l’action de l’âme (sva) dans le corps au travers du prāṇāyāma iśvarapraṇidhānāna (1)

Après le premier chapitre qui décrit le but du yoga et les moyens d’y parvenir dans les grandes lignes, ce deuxième chapitre va décrire plus en détail la pratique, la sādhanā. Le troisième chapitre va se concentrer sur les fruits de la pratique. Ce deuxième chapitre indique comment allumer et entretenir le feu (tapa). Le troisième chapitre est nommé « cendres » (vibhūti).

La traduction commune de ce sutra est: « le kriya yoga repose sur l’ascèse, l’étude du soi (au travers des écritures) et l’abandon de soi au divin ». Plus profondément cependant, on fait connaissance du soi en méditant sur lui, et non en lisant des livres. Cette connaissance génère une dévotion. Le contact avec le soi allume un feu, un feu de la connaissance qui brûle l’ignorance, c’est-à-dire qui nous rapproche de la perception directe de notre identité universelle.

En se concentrant dans tapaḥ loka (ājñā cakra), on pratique iśvarapraṇidhānāna, on observe ainsi indirectement l’action de l’âme dans le corps, à savoir y maintenir la vie (prānā) au travers du souffle, physiologiquement de l’électricité dans le système nerveux, de la respiration et des battements du cœur.

samādhibhāvanārthaḥ kleśatanūkaraṇārthaśca (2)

Avec l’intention d’obtenir le samādhi et d’éliminer les souffrances corporelles (2)

Le but de la pratique est le samādhi. En chemin, la pratique réduit toutefois la souffrance dans les trois corps, physique, astral/psycho-émotionnel et causal/mental. Il ne s’agit pas de combattre la souffrance, mais d’aller vers la lumière.

Sommaire – PrécédentSuivant

Un commentaire ?