vyādhi styāna saṁśaya pramādālasyāvirati bhrāntidarśanālabdha bhūmikatvānavasthitatvāni citta vikṣepās te’ntarāyāḥ (30)

Maladie, fatigue, doute, difficultés, paresse, inconstance, illusions, illusions perdues, instabilité et confusion de citta, sont les causes de la séparation (30)

Si notre intérieur n’est pas saturé de prāna, de lumière, ces obstacles s’installent et renforcent l’expérience de séparation.

duḥkha daurmanasyāṅgamejayatva śvāsa praśvāsā vikṣepa sahabhuvaḥ (31)

La tristesse, l’anxiété, le corps, l’agitation, la respiration et la confusion nous impliquent dans le monde (31)

Dès la naissance, dès le premier souffle, nous avons tendance à nous identifier au corps et au monde. La respiration, en particulier quand elle est irrégulière en raison de la présence d’émotions, renforce notre attachement au corps et au monde. En «remontant» à la source de la respiration, on peut faire le chemin inverse de se détacher du monde et de retrouver le soi.

Sommaire – PrécédentSuivant

Un commentaire ?